Actualités

Marie Daniel exerce un métier rare au sein de la coopérative A deux et plus

Travailler le cuir est le quotidien de Marie Daniel.

Depuis maintenant 4 ans Marie Daniel est bourrelière à Biol en Isère, au sein de la coopérative A deux et plus. Elle apprécie surtout le soutien que lui apporte la coopérative.

Comme tous les ans, Marie Daniel multiplie les tâches en fin d’année. Elle est bourrelière, c’est à dire qu’elle travaille et bourre le cuir pour réaliser des pièces d’attelage pour le travail des animaux. Elle propose aussi des étuis en cuir pour des artisans mais surtout pour des pompiers. Ces produits en cuir les aident par exemple à ranger leurs haches en cours d’intervention. Elle en produit environ 200 par mois. Un travail de titan auquel s’ajoute celui un métier d’artisan d’art, puisque Marie réalise des sacs et des ceintures en cuir, surtout au printemps et en fin d’année. La bourrelière est conscience d’exercer un métier peu répandu : “On n’est plus très nombreux à avoir cette profession. C’est devenu rare. Mais il y a un regain d’activité car de plus en plus de maraîchers utilisent des chevaux et car le secteur touristique a recours à des calèches. Je cherche à chaque fois des niches pour vivre”.

Soutenue par sa CAE

Cette Bretonne de 35 ans n’était pas destinée à devenir bourrelière. Elle a obtenu un diplôme d’ingénieur en agriculture et a aussi travaillé dans le milieu associatif. Tout bascule il y a 4 ans. Elle raconte : “A l’époque je n’avais pas de travail. Et puis j’ai rencontré un artisan bourrelier. Ca a été un véritable coup de foudre : la matière et le savoir-faire m’ont attirée. Il m’a formée pendant 2 ans et ensuite je me suis mise à mon compte”. Elle s’installe alors à Biol, en Isère, à mi-chemin entre Lyon et Grenoble, et opte pour la coopérative d’activité et d’emploi A deux et plus. Elle explique son choix : “Je recherchais avant tout du réseau et le statut de salarié me rassurait. Avec du recul, je dirais que si je n’avais pas été accompagnée, j’aurais peut-être tout laché. Il y a un véritable soutien psychologique de la part de la coopérative. Il y a beaucoup de craintes lorsqu’on se met à son compte. Ce réseau de soutien m’a permis de tenir le choc”. Aujourd’hui, Marie s’est davantage impliquée au sein d’A deux et plus puisqu’elle a intégré le conseil de surveillance. Elle cherche à développer son réseau de clients qui sont principalement régionaux. Elle s’épanouit dans un métier qui lui laisse exercer librement son imagination. Elle conclut : “J’apprécie surtout le côté créatif. En fin d’année je fais de la maroquinerie, de la sérigraphie avec des plantes botanique. J’adore ça”.

L'action d'accompagnement des Entrepreneurs-Salariés des CAE (Coopératives d’Activité et d’Emploi) de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et le pilotage de cette action par AGF SCOP ENTREPRISES sont cofinancés par l'Union Européenne et la Région Auvergne-Rhône-Alpes.