Actualités

Céline Soumet assure comme sellier harnacheur

Céline Soumet ou la passion du travail bien fait.

Après une carrière professionnelle de vingt ans dans le secteur de l’assurance, Céline Soumet change de vie en 2015 et s’installe à son compte comme artisan sellier près de Villefranche-sur-Saône. De sa passion pour les chevaux est née l’idée d’une reconversion professionnelle sans œillère lui procurant la satisfaction du travail bien fait. Du cousu main réalisé chez Calad’Impulsion.

L’impression d’avoir fait le tour de son métier, le besoin de changer de secteur professionnel, l’envie d’exercer une activité manuelle et de fabriquer des objets liés à sa passion pour les chevaux, autant de raisons qui ont conduit Céline Soumet à franchir tous les obstacles pour devenir artisan sellier au sein de Calad’Impulsion. « Après avoir acquis la certitude que je ne voulais plus continuer ma carrière dans le monde de l’assurance, j’ai trouvé par bonheur un centre de formation professionnelle chez un maître artisan sellier, à 60 km de la maison. Une véritable révélation ! » Elle négocie son départ avec son employeur et commence, en septembre 2015, à Donzy le Perthuis, près de Cluny, son CAP qu’elle obtient en mai 2016. Auparavant, dès le mois de décembre, elle se renseigne sur son futur statut. « J’ai travaillé durant 20 ans à la MAIF, ce n’est donc pas par hasard si j’ai fait le choix de la CAE. Je me suis tout de suite reconnue dans les valeurs de l’économie sociale et solidaire. »

Une bienveillance sécurisante pour s’épanouir

Chez Calad’Impulsion, elle se retrouve dans la solidarité, le partage et le fait de ne pas être seule dans son activité. « Surtout quand on se lance à un peu plus de 40 ans, avec deux enfants qui commencent des études supérieures et une maison à charge ! C’était important pour moi d’avoir des « assurances » au niveau financier et un accompagnement pour ma comptabilité, mes actions commerciales et ma communication. Et puis lors de la réunion d’infos, j’ai eu un bon feeling avec l’équipe. J’ai ressenti une bienveillance qui allait m’aider pour m’épanouir dans mon activité. » Une première impression positive qui s’est rapidement concrétisée avec un second rendez-vous pour étudier son projet et mettre en place un contrat CAPE, qu’elle signe en mars 2016, afin de pouvoir facturer sa première commande.

En janvier 2017, elle décide de poursuivre sa formation dans la fabrication exigeante du harnais d’attelage. Cette spécialisation lui ouvre un nouveau marché, celui de la réparation, où il existe moins d’une dizaine de professionnels en France. « L’avantage d’entreprendre en CAE est aussi de pouvoir tester son activité et de prendre le temps de se former. »

« Un métier très sensuel »

Salariée depuis une année et nouvellement associée, Céline fabrique et répare du matériel équestre, dans son Beaujolais natal, au pied du mont Brouilly. « De plus en plus de viticulteurs travaillent avec des chevaux et font appel à mes services. » Sa clientèle est néanmoins très variée. Du particulier qui monte à cheval en balade ou en compétition, au dresseur ayant besoin d’une bride adaptée à la morphologie de son cheval, son créneau est le sur-mesure. « Je propose des produits d’équitation qu’on ne trouve pas en grande distribution. J’aime la relation client. Entendre parler du cheval, souvent avec passion, et voir l’animal. Ce qui me plait également dans la rénovation, c’est de remettre en l’état un matériel qui a une histoire, un vécu et de ressentir la satisfaction du travail bien fait. C’est un métier très sensuel. Chez mes fournisseurs, j’ai besoin de voir les peaux, de les toucher, de vérifier qu’il n’y ait pas de défaut. Il existe des tas cuirs différents aux odeurs particulières. C’est un matériau particulier et passionnant à travailler. » Enfin, pour nourrir sa créativité, Céline confectionne aussi des sacs, des ceintures et de la bagagerie sur commande.

Renseignements au 06.61.55.44.34. et sur le site www.cscuirsellerie.fr

L'action d'accompagnement des Entrepreneurs-Salariés des CAE (Coopératives d’Activité et d’Emploi) de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et le pilotage de cette action par AGF SCOP ENTREPRISES sont cofinancés par l'Union Européenne et la Région Auvergne-Rhône-Alpes