Actualités

Idée reçue : Entreprendre, c’est entreprendre seul

« On parle souvent de la solitude de l’entrepreneur mais un entrepreneur n’a pas vocation à être seul. Le plus souvent, les créateurs et créatrices ont tellement « la tête dans le guidon » qu’ils ne prennent pas le temps d’échanger alors que pour mettre toutes les chances de son côté, il faut se faire accompagner.

À chaque étape de la création (construction du projet, financement, démarrage de l’activité), il est essentiel de prendre du recul et de se faire conseiller par des experts. Les réseaux d’accompagnement sont là pour ça. Lorsqu’un créateur ou une créatrice est parrainé(e) et coaché(e) par un chef d’entreprise expérimenté, cela fonctionne aussi très bien. Une relation humaine se noue et se poursuit souvent pendant un à deux ans.
Autres pistes : tester son idée au sein d’une couveuse ou d’une coopérative, ou démarrer en se faisant héberger par une pépinière ou un incubateur. Côtoyer d’autres entrepreneurs est toujours riche d’enseignements. Lorsque l’activité est lancée, les espaces de coworking permettent de bénéficier de services mutualisés (salles de réunion, connexion internet, imprimantes…) et souvent de constituer son réseau. Il n’est pas rare qu’un voisin de bureau devienne un premier client. Enfin, il ne faut pas hésiter à tester auprès de son réseau et de son entourage l’avantage client qu’on souhaite proposer (« la proposition de valeur ») : le projet ne pourra que progresser ! »
 
Clémentine Seïté, chargée de communication régionale pour les réseaux France Active et Initiative France