Actualités

Déambulons : des bambous et des hommes

Jean-Baptiste Dubois est passé par une CAE avant de créer sa société.

Jean-Baptiste Dubois est à la tête de la société Déambulons, basée à Villeurbanne. Après avoir été au sein d’une CAE pendant deux ans, Elycoop, il a opté pour le statut de SAS mais ne regrette en rien l’étape de la coopérative.

Jean-Baptiste Dubois a lancé son entreprise, Déambulons en juillet 2015. Son atelier est spécialisé dans le design d’espaces et la création de structures sur-mesure en bambou. Il explique : “On travaille à partir de bambou français, qui pousse dans le sud de la France. Comme dans une scierie, on le nettoie, on le fend et on le transforme”. Le coeur de métier est donc la création car les pièces sont faites sur-mesure, il n’y a pas de catalogue. L’entreprise travaille pour des architectes, des dessinateurs, des paysagistes et des prescripteurs. Ses projets sont destinés à des espaces collectifs comme des hôtels, des musées, des halls de gare ou des entreprise. Ainsi en février 2017, Déambulons a réalisé pour le parc Terra Botanica à Angers, une création d’envergure : la couverture d’une passerelle en maillage de bambou ou plus récemment un luminaire pour le Novotel de Monte-Carlo. Son atelier, basé à Villeurbanne, travaille dans la France entière et même à l’étranger, comme en Allemagne par exemple.  Le réseau qu’il a construit permet au client de venir à lui mais Jean-Baptiste peut aussi compter sur un site Internet bien référencé et une présence active sur les réseaux sociaux. Depuis un an, un commercial freelance basé à Paris lui permet de toucher un public haut de gamme.

Un parcours riche

Quand Jean-Baptiste a réalisé l’immense potentiel du bambou, il a mis en pause sa carrière dans le marketing et s’est lancé dans le projet Déambulons en 2015. Après une école de commerce, l’EDHEC BBA à Lille, il poursuit ses études à Bangkok puis au Vietnam. Il passe ensuite un Master sur les cultures d’Asie du Sud-Est. Lors de son premier travail, pour une ONG en Thaïlande, il est au coeur de l'ethnie Karen et découvre l’importance du bambou. Après deux ans, il est de retour en France et passe 6 ans dans des entreprises comme Darty ou Les Jardins de Gaïa où il est responsable marketing. Jean-Baptiste raconte alors la suite : “L’envie d’entreprendre me trottait dans la tête depuis longtemps, sans forcément savoir dans quoi. Je suis passé par plusieurs idées et puis je me suis souvenu de mon passage en Thaïlande. Mon goût pour le design et l’architecture m’ont donné envie de me lancer dans le bambou. Beaucoup de choses étaient faites en Asie ou en Amérique du Sud, mais pas en Europe”. C’est ainsi que naît Déambulons en juillet 2015.

Une filière d’avenir

Après un passage par le statut associatif pendant un an, l’entrepreneur opte pour Elycoop, une coopérative d’activité et d’emploi. Il affirme : “La coopérative, c’est juste génial, je la recommande à tout le monde. Ca m’a permis de me concentrer sur la partie fabrication et commercialisation. Il n’y a pas de paperasse ni de lourdeur administrative. Nous sommes accompagnés. C’est idéal pour bien commencer léger”. Après deux ans au sein d’Elycoop, Jean-Baptiste lance une SAS, car il voulait emprunter et embaucher. Actuellement, l’entreprise compte 6 salariés , 3 en CDI et 3 en CDD, en raison d’un gros pic d’activité. 3 embauches sont prévues l’an prochain. Jean-Baptiste défend également des valeurs de développement durable au sein de Déambulons : le bambou est français, ne demande pas d’engrais ni d’eau, et ses prestataires sont locaux. Ces choix sont conformes à sa vision de respect de l’environnement. Reconnue dans son domaine, l’entreprise n’a que très peu de concurrents et espère miser encore longtemps sur le bambou. Jean-Baptiste conclut :” C’est un matériau assez unique qui pousse rapidement. Le bambou est léger, flexible, résistant et renouvelable. C’est une filière d’avenir”.

L'action d'accompagnement des Entrepreneurs-Salariés des CAE (Coopératives d’Activité et d’Emploi) de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et le pilotage de cette action par AGF SCOP ENTREPRISES sont cofinancés par l'Union Européenne et la Région Auvergne-Rhône-Alpes.