Actualités

Gros plan sur le collectif Co’Hop

Les moments conviviaux sont nombreux chez Co'Hop.

Escale Création, Cabestan, Graines de Sol et Elycoop sont 4 coopératives d'activité et d'emploi. Elles ont créé Co'Hop, le collectif. Mickaël Chauvin d’Escale Création et Céline Riolo, de Graines de Sol, ont pris le temps de répondre à nos questions sur Co’Hop.

Quand et pourquoi avoir créé ce collectif ?

 

Mickaël Chauvin : Il y avait une dynamique collective des 4 CAE dans l’agglomération lyonnaise. Cela nous a poussé à nous rassembler, car nous nous connaissions par nos métiers et nos réseaux. Vis à vis des institutions de la métropole, nous voulions aussi gagner en visibilité. Nous avons la même philosophie, les même valeurs, un fonctionnement assez proche : de quoi mutualiser entre équipes et créer des synergies avec les entrepreneurs. Nos échanges ont commencé fin 2016. Nous avons décidé d’écrire ensemble ce qui nous rassemblait, nos engagements. Nous avons créé un site vitrine pour mettre par écrit ce qui nous reliait. Cela représente près de 800 entrepreneurs et un chiffre d’affaires de 12 millions d’euros environ.

 

Existe-t-il une entité juridique ?

 

M.C : Non, Co’Hop est une dynamique et un collectif informel, avec des moyens dédiés. Ce n’est pas une structure associative par exemple. Dès septembre 2017, nous avons participé à des salons avec des supports de communication communs aux 4 CAE. 

 

Quelle est à vos yeux la force de ce collectif ?

 

Céline Riolo : Je vois deux choses : d’abord à la fois les valeurs communes qui nous réunissent, comme accompagner l’homme et l’humain dans son projet, le droit à l’expérimentation et la force par rapport au fait d’entreprendre tout seul. Et en plus de ces valeurs, il y a le fait que l’on représente près de 800 entrepreneurs. Cela crée du réseau et des synergies. 

 

Mickaël Chauvin : On peut aussi se présenter de manière plus large sur la métropole. On donne l’image de belles coopérations. Nos équipes mutualisent leurs moyens. Et puis il y a des à côtés, comme cette chorale née du collectif, et qui compte aujourd’hui une dizaine de membres.

 

Quels sont les projets de développement ?

 

C.R : Ce qui fonctionne bien, ce sont les grands moments de rencontre conviviaux. Les entrepreneurs se rencontrent et se mobilisent. Ensuite beaucoup travaillent sur des projets communs, inter coopératives. Mais on doit se réinventer. Par exemple, on a lancé les “Good morning Co’Hop”. On s’est rendu compte qu’il est difficile de mobiliser sur un créneau de 7 à 9 heures du matin. On a sans doute oublié de s’interroger sur notre singularité, comme l’écologie de soi-même, l’équilibre entre vie personnelle et professionnelle. 

 

M.C : Nous souhaitons organiser des temps de conférence sur l'entrepreneuriat coopératif, avec des experts. Cela devrait voir le jour en septembre.

 

L'action d'accompagnement des Entrepreneurs-Salariés des CAE (Coopératives d’Activité et d’Emploi) de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et le pilotage de cette action par AGF SCOP ENTREPRISES sont cofinancés par l'Union

Européenne et la Région Auvergne-Rhône-Alpes.