Actualités

Ce que l’accompagnement a changé pour moi : L'accompagnement ? Une agréable surprise !

Du pain biologique au levain et cuit au feu de bois. C’est ce que fabriquent Charlotte Bézy et Maël Cabé dans leur fournil cantalien, La Mie Chamalou. Accompagné par les collectivités locales, le couple a cumulé plusieurs sources de financement pour démarrer son activité à l’été 2017.

La Mie Chamalou, à Chalinargues (Cantal). C’est le fournil ouvert en juillet 2017 par Charlotte Bézy, 33 ans, et Maël Cabé, 30 ans. La particularité de ce commerce ? Le jeune couple utilise des farines biologiques locales et cuit ses pains au levain dans un four à bois. Et pour se préserver un peu de temps personnel, Charlotte et Maël ont choisi de limiter la vente au fournil : seulement 2 jours par semaine et en soirée. Ils vendent le reste de leur production via une AMAP, sur le marché de Saint-Flour, dans une épicerie et dans un magasin de producteurs.

 

Une formation financée par la Région

Désireux de créer leur activité en milieu rural, ces trentenaires originaires de Savoie et de Nantes ont choisi de s’installer en Auvergne pour être à égale distance de leurs familles respectives. A Chalinargues, ils ont construit et financé un four à bois, dans une maison que la commune a rénové à ses frais. Une aubaine pour ce couple en reconversion. « J’ai passé mon CAP boulangerie en 2016, explique Maël. Comme j’étais demandeur d’emploi, la Région a financé ma formation à 100 % ».

 

Plusieurs sources de financement

Après le local et le diplôme, il restait à trouver des financements. Très vite, l’idée d’un fournil de production a suscité l’adhésion. En octobre 2017, Charlotte et Maël ont remporté le concours start-up Chef organisé par Hautes Terres Communauté : « la récompense était un salaire de 1000 € nets pendant 6 mois et les services d’un coach spécialisé dans la création d’entreprise. Il nous a donné des bases solides ». Le jeune couple a également pris part à une campagne de financement participatif sur la plateforme Ulule. « Nous avons appris à communiquer sur les signes distinctifs de notre projet. Et ça a marché : nous avons récolté plus de 12000 €, alors que notre objectif était de 5000 € », s’étonne encore le couple. Autre coup de pouce non négligeable : en décembre 2017, Auvergne Active a accordé à chacun d’eux un prêt d’honneur de 3000 €. « Un vrai plus auprès des banques, 3 sur 5 ont accepté notre demande de prêt ».

 

80 000 euros de chiffre d’affaires

De toutes les rencontres qui ont jalonné leur parcours, Charlotte et Maël gardent un excellent souvenir. « Nous avons été très agréablement surpris par les dispositifs d’accompagnement. Il ne faut pas hésiter à poser des questions sur les aides qui existent. Il faut aussi participer à des concours car ils peuvent réserver de belles surprises ! Nous n’en serions pas là sans ces aides. » Autre conseil : ne pas se décourager. « Nous avons été un peu débordés au démarrage, car nous n’étions pas rôdés… il a fallu monter en puissance très vite, se souvient Charlotte, qui s’occupe de toute la partie gestion. Traverser des moments de doute est normal. Il faut croire en soi et persévérer. D’ailleurs, nous avons dépassé notre prévisionnel en réalisant 80 000 € de chiffre d’affaires la première année. »

 

La mie Chamalou – Neussargues en Pinatelle (15) – https://www.facebook.com/La-Mie-Chamalou-629287067256068/