Actualités

Ce que l’accompagnement a changé pour moi : J’ai appris le métier de chef d’entreprise

Implanté à Bouvesse-Quirieu (38), Thomas Audifrin, 29 ans, a créé ATPM Menuiserie en 2016. Deux ans plus tard, il s’est constitué une clientèle solide et engrange de très bons résultats. Il revient sur son parcours dans lequel la CMA de Villefontaine et Initiative Nord Isère l’ont guidé efficacement.

Pour Thomas Audifrin, titulaire d’un BEP Métallerie et d’un Bac pro Menuiserie aluminium, l’artisanat a toujours été une vocation. Après sept ans à exercer en tant que salarié, le jeune menuisier décide en 2016 de voler de ses propres ailes. « Poseur expérimenté, je maîtrisais la technique. Mais pour la partie administrative et commerciale, au début, c’était délicat, confie Thomas. J’ai commencé par demander conseil à des personnes déjà installées. Puis j’ai pris contact avec la CMA de Villefontaine où j’ai suivi le stage (obligatoire) de préparation à l’installation. Relations commerciales, charges, statut, couverture sociale… En quelques jours, le programme balaie toutes les dimensions du métier de chef d’entreprise ».

7 000 € de prêt d’honneur
La CMA oriente ensuite Thomas vers le réseau Initiative Nord Isère qui l’aide à définir son besoin de trésorerie. « Comme j’avais un local à mon domicile, je ne pensais pas consacrer plus de 5 000 € à l’achat d’outils et d’un véhicule », se souvient-il. Sur les conseils d’Initiative Nord Isère qui lui accorde un prêt d’honneur de 7 000 €, il investit finalement 22 000 €. « Une telle somme, c’est un peu effrayant de prime abord. Mais j’ai rapidement constaté que c’était totalement justifié. Sans cela, je me serais mis des bâtons dans les roues. »

Un prévisionnel dépassé dès la première année
ATPM Menuiserie intervient en pose ou en rénovation, pour une clientèle à 90 % locale et composée essentiellement de particuliers. « J’insiste sur le conseil, car pour moi c’est l’essence d’un service artisanal. Mes clients me font confiance et cela facilite les ventes. La preuve : mon prévisionnel était de 75 000 € sur 3 ans. Or dès la première année, j’ai fait 102 000 € de chiffre d’affaires. Pour 2018, je pense dépasser les 120 000 € ».

Perspectives de développement
Aujourd’hui, Thomas Audifrin, qui avait démarré seul, travaille avec un apprenti. Il songe à recruter un commercial, pour pouvoir se consacrer davantage à la partie technique. « J’envisage aussi de travailler en binôme avec une autre entreprise artisanale de menuiserie. L’objectif serait de ne plus intervenir en tant que sous-traitant et d’être totalement autonome ».

Un accompagnement bénéfique
« Quand on débute, on avance beaucoup au feeling et on ne sait jamais si on fait bien ou mal. Etre accompagné est donc très utile pour y voir clair ». Un suivi personnalisé qui perdure : « tous les mois, je remplis un formulaire de suivi en ligne. Et tant que je rembourserai mon prêt d’honneur, un conseiller de Nord Isère Initiative passera me voir une fois par an pour faire le point », explique Thomas. Ses conseils aux aspirants entrepreneurs ? « Ne pas confondre chiffres d’affaires et bénéfice : on n’empoche pas tout l’argent gagné ! Et puis accepter de consacrer 90 % de son temps à son entreprise. La vie change, mais dans mon cas j’en suis ravi ! »

Facebook : @atpmenuiserie